PAYS A LA CON

Publié: 7 octobre 2012 dans COUP DE GUEULE

la  france  defigurée

Justice sociale, justice sociale, nos politiques n’ont que ce mot à la bouche,

alors que leur politique est de plus en plus inique. C’est le cas avec la préférence

étrangère que nos élites ont hissée au rang de dogme incontournable, véritable

contre modèle de justice et d’égalité républicaine.

Où est la justice sociale quand on repousse l’âge légal de la retraite alors

que tout étranger de 65 ans n’ayant jamais travaillé ni cotisé en France, a droit

à une retraite de 780 EUR par mois dès son arrivée ?

Où est la justice sociale quand une femme de paysan ayant travaillé 50 ans

à la ferme, n’a pas droit à ces 780 ¤ au prétexte que son mari et elle, dépassent

le plafond de 1200 EUR de minimum vieillesse pour un couple ?

Où est la justice sociale quand la Sécu en faillite continue de payer à

l’étranger, sans le moindre contrôle, des retraites à d’innombrables centenaires

disparus depuis des lustres ?

Où est la justice sociale quand l’Aide Médicale d’Etat soigne 220 000 sans

papiers chaque année, à raison de 3 500 EUR par malade, alors que la sécu ne

dépense « que » 1 600 EUR par affilié qui travaille et cotise ?

Où est la justice sociale quand des étrangers bénéficient de la CMU et

d’une mutuelle gratuite, alors que 5 millions de Français n’ont pas de mutuelle,

trop riches pour bénéficier de la mutuelle CMU mais trop pauvres pour s’en

payer une ? 30% des Français ont différé leurs soins en 2011 !

Où est la justice sociale quand on sait que 10 millions de fausses cartes

Vitale sont en circulation et permettent de soigner des milliers d étrangers

sous une fausse identité, au détriment des ayant droit ?

Où est la justice sociale quand la France entretient des milliers de

polygames, certains d’entre eux percevant plus de 10 000 ¤/ mois sans

travailler, alors que la polygamie est interdite et que nos comptes sociaux

sont dans le rouge ?

Où est la justice sociale quand une famille nombreuse étrangère est

prioritaire pour un logement social, alors qu’un jeune couple français doit

attendre 7 ou 8 ans son premier logement pour avoir un enfant ?

Où est la justice sociale quand on sait qu’1 million de faux passeports,

donnant droit à la manne sociale, sont en circulation sur les 7 millions de

passeports biométriques soi-disant « infalsifiables » ?

Où est la justice sociale quand un Français né à l’étranger doit prouver

sa nationalité à l’Administration, ce qui se traduit souvent par un véritable

parcours du combattant, alors qu’on brade chaque année la nationalité

française avec des milliers de mariages blancs ?

Où est la justice sociale quand on veut donner le droit de vote aux

étrangers, alors que nos élus ont confisqué aux citoyens leur « non » au

référendum sur la Constitution européenne et que des millions

d’électeurs, de droite ou de gauche, ne sont pas représentés au Parlement ?

Où est la justice sociale quand on accueille chaque année plus de

200 000 étrangers non qualifiés, dont notre économie n’a nul besoin, alors

que la pauvreté augmente, que nous avons près de 5 millions de sans emplois

et que le chômage atteint déjà 40% chez la population immigrée ?

Où est la justice sociale quand le contribuable finance des associations

qui ne combattent que le racisme à sens unique, alors que le racisme anti

français est systématiquement ignoré et les plaintes classées sans suite ?

Où est la justice sociale quand on condamne un journaliste pour avoir

énoncé une vérité sur la délinquance étrangère, alors que des rappeurs

incitant à la haine ne sont jamais inquiétés au nom de la liberté d expression ?

Où est la justice sociale quand la délinquance explose et que les droits

des voyous passent avant ceux des victimes ?

Car si l’intégration a totalement échoué, c’est tout simplement parce que nos

dirigeants ont confondu anti racisme et acceptation de l’autre, avec le

renoncement à nos valeurs. Il ne fallait rien changer au moule républicain

qui a permis depuis des siècles à des millions d’immigrés de devenir des

citoyens français. Les règles d’intégration qui ont fait leur preuve avec des

générations d’immigrés, étaient la force de la République.

Conclusion : Moi Président, dans une situation pareille, JE DEMISSIONNE !!!!

Publicités
commentaires
  1. Cévenol dit :

    Si ce pays à la con ne leurs plait pas qu’ils ne se privent pas qu’ils le QUITTENT et VIIIIIIIIIIIIITE plutôt que d’en profiter et de le sucer jusqu’à la moelle

    • Respublica dit :

      Cévenol a raison, cher éditeur de ce blog, si ce pays ne leurs convient pas tel qu’il est, qu’ils le quittent le viiiiiiite.

  2. Malmaison dit :

    Mais le « moi Président normal » profite des ors de la République en démontrant que cela va devenir les ors de la Ripoublique.
    Juste une question de temps…..
    2013 sera TERRIBLEMENT difficile pour pôle emploi qui regorgera d’allocataires comme jamais. Tous les jours de 2013 verront le chiffre augmenter inexorablement.
    Je ne pense pas que le locataire de l’Élysée terminera 2013 car tous les compteurs seront dans le rouge.
    Il ne restera plus que le poing car la rose sera terriblement fanée.
    Et que peut t-on faire avec un poing ? Quand les conservateurs en auront encore deux intacts ?
    C’est la défaite assurée et la honte inscrite dans l’histoire de France.
    Super menteur et super discrédit. Le pédalo est en panne et sera mis aux enchères. Il ne trouvera plus aucun repreneur et devra donc se résoudre à se déclarer en faillite frauduleuse.
    Et le peuple de gauche demandera au célibataire son embastillage à vie. La justice de la République pourra alors enfin condamner l’imposture de 2012. La France bleue sera déjà prête le 18 novembre 2012 pour prendre la relève démocratique.

    • jlpiallat dit :

      Notre Président actuel n’aura pas d’autre choix que de pratiquer une politique de droite ; chose qu’il est en train de mettre en place petit à petit. Beaucoup de ses électeurs vont en avoir la surprise et vont être très déçus. Chacun d’eux auraient dû bien réfléchir avant, car le pédalo est en train de prendre l’eau. Le champagne est déjà au frais et les petits fours ne demandent qu’à être mangés.

  3. Malmaison dit :

    Les seuls qui parlent de justice sociale ce sont les socialistes qui font payer leurs fantasmes par les conservateurs et la gôche caviar.
    En effet nos socialistes sont des redistributeurs de revenus et sont incapables d’être des créateurs de revenus.
    Ils sont les défenseurs des fonctionnaires et des syndicalistes fossoyeurs des entreprises.
    Ce sont d’abord des analyseurs des bulletins de vote et en ânonnant leur redistribution, ils trompent cet électorat captif et décérébré.
    Et ils créent ensuite des pauvres au quotidien. Nous en avons le pire exemple depuis le 6 mai 2012.