QUAND LES MARCHANDS DU TEMPLE PRENNENT LA FESSEE

Publié: 24 octobre 2012 dans COUP DE GUEULE

LOURDES

Dieu se serait-il mis en colère  à LOURDES, tel qu’il l’avait déjà fait il y a fort longtemps à Jérusalem, en entrant dans le Temple où il se mit à chasser dehors tous ceux qui y faisaient commerce d’argent ?

Cette crue inattendue du Gave de PAU, ne serait-elle pas la main de Dieu qui se révolte contre tout ce business qui gravite sur le dos des pèlerins et des malades  et dont l’Eglise profite ?

Il est intéressant de constater avec quelle rapidité les dégâts causés par cette catastrophe « naturelle »  sont vite réparés, ainsi que les lieux si abondemment visités, vite réhabilités, afin que les croyants puissent à nouveau se présenter aux caisses.

Lors d’une visite,  j’ai été choqué de constater, à quelle vitesse on enlève les cierges qui viennent d’être achetés par les pèlerins, représentant bien souvent leurs prières et déposés comme une offrande. Ils n’ont pas le temps de brûler bien longtemps car il faut rapidement les enlever pour activer les ventes. Il est évident qu’à ce rythme-là, c’est rentable. Mais le pèlerin qui fait cet acte de foi, lui la pièce,  il l’a mise et elle reste bien dans le tronc et pour la somme indiquée. Et ce n’est pas par souci écologique que l’on ne laisse pas ces cierges se consumer jusqu’à la fin mais bien par profit.

Et voici le comble : pourtant il y a bien une plaque qui précise que nos cierges brûleront jour et nuit et ce toute l’année.

Publicités

Les commentaires sont fermés.