PETIT VILLAGE PERCHE

Publié: 7 janvier 2013 dans TOURISME

GORDES  VILLAGE   TYPIQUE  DANS  LE  LUBERON

    

Il existe plusieurs types d’armoiries pour Gordes. Les plus anciennes, enregistrées en 1696 dans l’Armorial Général de France, sont celles de la famille de Gordes-Simiane, comportant la double filiation:

La deuxième, (à droite) celle de la famille de Simiane, est « d’or semé alterné de tours et de fleurs de lys d’azur »

La première, (à gauche) celle des Gordes, est « de gueules à une gourde d’or ». La gourde est faite d’une coloquinte (ou « coucourde » en provençal) vidée et séchée. Il s’agit d’armes parlantes, c’est-à-dire dont les éléments par consonance évoquent le nom du possesseur : « Gourde » pour « Gordes ». Cette gourde a un sens hermétique : dès les premiers siècles, dans l’iconographie chrétienne, sa symbolique se rapporte à l’immortalité. C’est une allusion à l’épisode de Jonas qui, sortant du ventre de la baleine, alla s’abriter sous une plante que la traduction grecque appelle coloquinte57. De même, cette coloquinte devenue « gourde » étanche la soif du pèlerin qui a besoin d’eau.

En 1984, Madame Mireille Louis crée de nouvelles armoiries: « Mantelé d’or à deux gourdes de gueules, et de gueules à une gourde d’or. »

Ornements extérieurs (non représentés ici) : « L’écu est timbré de la colonne murale à trois tours d’or, ouverte et maçonnée de sable. Il est soutenu à dextre par une branche de chêne d’or, à sénestre par une branche d’olivier du même et en pointe par un pampre de vigne de sinople fruité d’or. En pointe de l’écu est appendue la croix de guerre 1939-1945 avec étoile d’argent. »

Les trois gourdes évoquent la branche Gordienne de la famille des Simiane mais aussi les trois joyaux de la commune : l’abbaye de Sénanque, le château de Gordes et le village des bories. La couronne murale à trois tours est le symbole que portaient les déesses grecques protectrices des cités et rappelle la place forte qu’a été le village de Gordes. Les branches de chênes, d’oliviers et la vigne caractérisent les cultures locales (dont la truffe, partie d’un champignon souvent récoltée sous les chênes). La croix de guerre rappelle la citation de Gordes à l’ordre de la Division le 11 novembre 1948.

La dernière version officielle reprend la symbolique centrale des trois gourdes avec couronne murale à trois tours.

Gordes, altitude 373 mètres, chef- lieu de canton, à 21 km d’Apt et de 36 d’Avignon, sur l’un des premiers contreforts du plateau de Vaucluse constitue une étape majeure dans la découverte de la Provence. Outre le charme de son village ensoleillé, Gordes offre à ses visiteurs un patrimoine architectural incomparable : le château féodal, l’abbaye de Sénanque, le village des Bories, autant de souvenirs sur l’album de voyage.
Le pays de Gordes s’appuie sur le versant sud du plateau de Vaucluse. Ses collines successives, sur lesquels se sont bâtis les villages dominent la vallée du Coulon qui la sépare du massif du Lubéron.
Gordes en est la capitale : il n’est que d’arriver sur le site pour en comprendre le rôle prépondérant. Le village enveloppe le rocher avec lequel il se confond dans le mimétisme de la pierre ensoleillé. Les maisons soudées au roc escaladent la pente jusqu’au sommet, couronnées du château fort dont les tours d’angle sont du plus bel effet. En empruntant les étroites ruelles en escalier, on retrouve l’ancienne ceinture de défense et une porte d’accès fortifiée. Car telle était le sort de ces pays situés sur les grands chemins ; leurs richesses excitaient les convoitises et leur protection demandait une constante vigilance. Ainsi au cours des siècles les habitants durent résister aux hordes des brigands et envahisseurs comme ils devaient aussi s’engager dans les conflits seigneuriaux et les guerres de religion.

De tout ce passé, Gordes a gardé la noblesse altière d’un pays qui a su traverser l’histoire. Le site a lui seul, vaut de s’y attarder. Le château, témoin de tant de rivalités, abrite avec bonheur, dans ses salles médiévales, un musée « Vasarely » et les vieilles ruelles retracent le schéma des villages perchés. Prolongeant l’écrin de Gordes, les hameaux du canton escortent la vallée : Roussillon, ses falaises d’ocre et sa légende : Joucas, Murs et son château, Goult étagé sur la pente, Saint Pantaléon et Lioux au pied de la falaise……

Publicités
commentaires
  1. JK Bevill - Lost Creek Publishing dit :

    Beautiful!