Archives de la catégorie ‘COUP DE GUEULE’

SOUVENEZ – VOUS (4)

Publié: 23 novembre 2013 dans COUP DE GUEULE
Tags:,

LA  PETITE  FILLE  DU  VIETMAN

AAA

Le 8 juin 1972, un avion des Etats-Unis a bombardé au napalm la population de Trang Bang.

Kim Phuc était là avec sa famille. Avec ses vêtements en feu, la fillette de neuf ans s’enfuit avec la population. A un certain moment, ses vêtements se sont consumés. La célèbre image du photographe Nick Ut fut prise à ce moment là. Kim Phuc fut conduite par le photographe à l’hôpital où elle est restée pendant 14 mois pour y subir 17 opération de greffes de peau. Toute personne qui regarde cette photo peut voir l’intensité de la souffrance humaine de la guerre, en particulier pour les enfants.

Aujourd’hui, Pham Thi Kim Phuc est mariée et mère de deux enfants. Elle vit au Canada, présidente de la « fondation Kim Phuc qui a pour mission d’aider les enfants victimes de la guerre » et est une ambassadrice pour l’UNESCO.

Publicités

PROTESTER  EN  SILENCE

Thich Quang Duc est né en 1897. C’était un moine bouddhiste vietnamien (aussi appelé bonze). Il s’est fait exploser dans une rue très fréquentée de Saigon le 11 juin 1963. Son acte de sacrifice a été répété par d’autres moines. Tandis que son corps brûle, le moine reste immobile, ne crie pas : il ne fait même pas un bruit.

Thich Quang Duc protestait contre la répression anti-bouddhiste ordonnée par le président catholique Diêm. Après sa mort, son corps a été incinéré, selon la tradition bouddhiste. Au cours de la crémation, son cœur est resté intact, il a été considéré comme un saint et son cœur a été transféré à la garde de la Reserve Bank of Vietnam comme une relique. Telle est l’origine du terme « auto-immolation »

8

LA  MORT  RODE

rr 1

Le brillant photographe soudanais Kevin Carter a remporté le Prix Pulitzer avec une photo prise dans la région de Ayod ( un petit village au Soudan ), qui a fait le tour du monde.

La photo montre la figure du squelette d’une petite fille, complètement émaciée, gisant sur le sol, épuisée par la faim et mourante, tandis qu’en arrière-plan, la silhouette noir d’un vautour en attente nous regarde et attend l’heure de sa mort.

Quatre mois plus tard, accablé par la culpabilité et conduit par une forte dépendance à la drogue, Kevin Carter s’est suicidé.

SOUVENEZ – VOUS

Publié: 9 novembre 2013 dans COUP DE GUEULE
Tags:

L’AGONIE  DE  OMAYRA

rrrr

Omayra Sanchez était  une petite fille lors de l’éruption du volcan Nevado del Ruiz qui a détruit la ville d’Armero, en Colombie en  1985. Omayra fut coincée trois jours dans la boue, l’eau et les débris de sa propre maison. Elle avait 13 ans et pendant tout ce temps elle était toujours bloquée sur les corps de ses proches. Lorsque les sauveteurs tentèrent de l’aider, ils ont constaté que c’était impossible. Afin de la sauver il aurait fallu amputer ses jambes mais cette chirurgie n’eut pas lieu. L’autre option était d’utiliser une pompe-turbine pour aspirer la boue qui la submergeait. La seule pompe disponible était trop loin et non disponible. Omayra a été forte jusqu’au dernier moment de sa vie, selon les travailleurs humanitaires et des journalistes qui l’entouraient. Pendant les trois jours, elle pensait justement à son retour aux études et à ses examens. La photographe Franck Fournier, « Omayra » a fait une image qui a fait le tour du monde et qui a conduit à une controverse sur l’indifférence du gouvernement colombien envers les victimes. La photographie a été publiée plusieurs mois après que la jeune fille fut morte. Plusieurs ont vu dans ce tableau de 1985, le début de ce que nous appelons aujourd’hui la mondialisation de l’agonie.  Celle-ci a été suivie en direct par les caméras de télévision et de radiodiffusion dans le monde entier.

TERRIFIANT

Publié: 25 avril 2013 dans COUP DE GUEULE
Tags:, , , ,

INDIGNONS-NOUS !

Les adultes aussi ont peur. On les craint comme un jour sans pain. Ils sont atroces et sans pitié, des prédateurs terribles qui envahissent tout, massacrent tout, polluent  tout et partout, capables de tuer pour de l’argent, pour le pouvoir, par bêtise. Leurs chefs se promènent en limousine avec chauffeur,  eux sont capables d’affamer des populations entières, de modifier le climat mondial, de faire disparaître maintes espèces, souvent sous couvert de lois qu’ils créent et qui ne les concernent pas, tout ça pour le profit de leurs petites vies à l’encontre des générations futures et de leurs propres enfants.

Pékin vient de reconnaître pour la première fois, l’existence de véritables « villages du cancer » en Chine. Le ministère chinois de l’environnement a évoqué un nombre anormalement élevé de cancers mortels dans certains villages situés à proximité de sites industriels polluants.

 

 

Indignons nous et vite, car ces loups -là sont mortels et dangereux.

 POUR  OU  CONTRE 

A chacun de respecter son voisin.

La vidéo ci-après on adhére, ou pas, mais celle-ci a un petit côté touchant.

http://www.gloria.tv/?media=385152

 

 

 

 

VALENCE  ZONE  PRIORITAIRE

Valence devrait être une ville tournée vers son avenir, une ville qui grandit et qui s’étend.

La ZUP, construite, dans les années 60 pour répondre à un besoin aigu de logements, est devenue le lieu de vie de toute une population défavorisée, exclue des autres quartiers, voire même des autres communes. Malgré le travail d’une association qui s’est créée pour défendre les intérêts des habitants, mais surtout pour animer ce quartier et le rendre vivable, la concentration de population dans cette architecture particulière, propre à cette époque, créa vite des problèmes de cohabitation et de gestion même du quartier. Il s’en suivit une dégradation du bâti et de ses abords, mais surtout une dégradation psychologique de la population qui y loge.

Je suis tous les jours dans cette « zone prioritaire » pour y vivre et ce depuis 1965. Très longtemps appelé « Valence le haut » la municipalité en place la rebaptise « les hauts de Valence ». Cela ne change pas le problème qu’il y ait une nouvelle appellation, car de toute façon il n’y a pas de commissariat sur place, pas plus qu’un simple poste de police municipale (il a été fermé), une annexe de la mairie idem, pas de caméras. Les voitures y brûlent encore; La différence : elles sont vite enlevées pendant la nuit pour qu’au matin personne ne voit rien, mais les traces sont là. Une économie parallèle s’est mise en place petit à petit. Il y a beaucoup de familles qui profitent de cette économie. Elles sont souvent connues des services sociaux et de la police mais tout le monde ferme les yeux. Soit par peur de représailles soit en nous donnant cette excuse bidon : « ce n’est pas les petits dealers qui nous intéressent mais les gros trafiquants. » A ce compte-là on n’arrête personne. De plus si les cités étaient débarrassées de ce style d’individus et de leur famille les premiers bénéficiaires en seraient les résidents eux même car on oublie trop souvent que ce sont eux qui en souffrent les premiers. Il y a des gens très bien dans ces quartiers qui bataillent pour s’en sortir, mais qui vivent dans la crainte. Et n’allez pas me dire que le reste de la famille ne sait pas ou ne voit pas ce qui se passe. Un jeune qui ne travaille pas (car c’est souvent le cas) mais qui possède la dernière grosse voiture, des vêtements de marque et qui a toujours du cash dans ses poches ce n’est pas aux restos du cœur qu’il se fournit.

Ce n’est pas en mettant un Conseil de Quartier dans ces zones sensibles que les problèmes seront résolus. Celui-ci n’a qu’un but décoratif car il n’est qu’une courroie de transmission de la municipalité en place, n’ayant aucun pouvoir de décision.

Alors, qu’un bon nombre de municipalité lutte contre la délinquance et l’oisiveté de la jeunesse de nos quartiers dit sensibles, le maire de Valence actuellement en place à ce jour « au 25/01/2013 » décide de vendre un petit terrain de foot , petit terrain qui est un poumon d’oxygène à ce quartier à un promoteur afin de remplir les caisses de la municipalité. Petit terrain de foot au centre d’un quartier défavorisé sur lequel viennent en permanence jouer des jeunes enfants plutôt que de trainer aux pieds des bâtiments sur du goudron ou de se laisser entrainer dans une délinquance toujours plus sournoise. Le pire est que ces associations et ce conseil de quartier ferment les yeux sur ce problème.

Le quartier est si bien, et si paisible, que les résidents et sa MPT (maison pour tous) ont opté pour une déco grille devant les ouvertures des habitations. On ne rentre plus chez soi, on s’emprisonne. Les façades haussmanniennes du centre-ville ne sont plus tendances…

 Valence, ville qui totalise une délinquance aussi importante que celle d’une grande ville. Le maire ( PS ) n’a qu’un objectif : construire au plus vite des logements et des nouveaux bâtiments publics pour justifier auprès de Bruxelles les millions d’euros que la municipalité a touchés pour améliorer la ville. Mais pour la sécurité : nada. Notre taux de sans-papiers explose. Cette ville s’est dégradée d’une manière phénoménale. De moins en moins de commerces de proximité, un centre-ville livré à la délinquance et des logements sociaux pour ceux qui sont dans les bons papiers de la municipalité. La ville est de plus en plus sale, les dégradations se multiplient, les tags contre la police fleurissent de partout le centre-ville n’y échappe pas, les magasins ferment les uns derrière les autres, les rues perpendiculaires aux boulevards se désertifient…

Valence est une ville qui meurt petit à petit. Hormis quelques belles façades haussmanniennes, notre maison des têtes, nos canaux et notre plus grand port fluvial de France patrimoine d’un temps passé, Valence ne sera que l’ombre d’elle-même dans très peu de temps

LA ZUP

 

PETIT TERRAIN  DE  FOOT

Ce diaporama nécessite JavaScript.

BOULEVARD

Ce diaporama nécessite JavaScript.

RUE  FAVENTINES

Ce diaporama nécessite JavaScript.

QUARTIER  GARE

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photos personnelles : La ZUP et son petit terrain de foot que la municipalité vend pour une opération financière, tant pis pour nos enfants. La rue Faventines, (photos prises à 16h00 le mercredi 30/01/2013).  rue perpendiculaire au boulevard, autrefois très commerçante et  vivante (comme toutes nos rues perpendiculaires aux boulevards et qui se trouvent dans le même état de désertification). Les boulevards de Valence se désertifiant à vitesse grand V (photos prises à 16h00 le mercredi 30/01/2013). Accès au parking souterrain devant la gare et ses abords.